Le matin

D’être toujours vivant, ça vaut

quelque chose. Ce matin il y a toujours la lune

qui se cache derrière les appartments

penchés sur le parc où je me

 

ballade. Partout un tapis de feuilles d’hiver

rouille et or.  Tout ce que je vois est vivant –

ça sent, ça sonne, ça brille. Le chien

cherche sa balle le nez dans

 

l’herbe et moi, je m’arrête pour l’instant

pendant qu’ils m’arrivent ces mots

de n’importe où dans cette langue

étrangère. Je suis vivant comme il faut –

 

le coeur au tambour, le cerveau en course

sur ces routes, le corps servile. Je vais rester

un moment reprendre mon souffle

sous ce ciel meurtri.

 

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s